Abel Ballif

Nombreux sont ceux d'entre nous, qui lors du séjour à Théoule sur mer se sont demandés qui était Abel Ballif (plage Abel Ballif, corniche Abel Ballif, rue Abel Ballif, etc)

Voici la réponse dans l'article suivant

 

Pour mieux lire ce document, clique droit sur l'image et "ouvrir l'image dans un nouvel onglet"

Cartographie

Vous voulez en savoir plus sur la cartographie

C'est pas sorcier, le magazine de la découverte et de la science. (2013)

Pourquoi s'est-on servi des mouvements du Soleil pour dessiner les premières cartes du monde ? Comment Eratosthène a-t-il réussi à calculer la taille de la Terre ? Comment représente-t-on une sphère sur un plan ? Comment les géomètres font-ils pour retranscrire sur une carte les prises de vues faites sur le terrain ? Pour nous parler de la cartographie, Fred s'est rendu à la Bibliothèque Nationale, où l'on conserve toutes les cartes éditées depuis le début du 19ème siècle. Il a également suivi les géomètres de l'IGN qui, à pied ou en avion, établissent les cartes de notre pays dans les moindres détails.

C'est pas sorcier (sur Youtube)

La Sansfond

La Sansfond est une petite rivière française coulant dans le département de la Côte-d'Or.

La sans fond est canalisée depuis Saulon la Chapelle par les moines de Citeaux, puis se jette dans la vouge.

Ce cours d'eau est parfois orthographié de différentes manières : Sansfond, Sans-Fond, Cent-Fonts, etc. La plus ancienne référence à cette rivière date du IXe siècle : on trouve alors l'appellation "Cent-Fonts". Le terme d'origine latine "Font" évoque une source, une fontaine ; "Cent" pourrait alors indiquer l'existence de multiples sources. Il semble par conséquent que "Cent-Fonts" soit l'orthographe originelle. Pourtant, la tradition locale a préféré la dénomination "sans fond", suggérant peut-être une relative profondeur du cours d'eau. Aujourd'hui, l'hydronyme de "Sansfond" est celui qui a été retenu, notamment dans la cartographie.

De 16,3 km de longueur, la Sansfond prend sa source à Perrigny-lès-Dijon, au niveau de la ferme de la Sansfond, à 230 mètres d'altitude, et se jette dans la Vouge au niveau de l'abbaye de Cîteaux, sur le territoire de Saint-Nicolas-lès-Cîteaux, à 193 mètres d'altitude.

Initialement, la Sansfond se jetait dans la Varaude, juste avant le village de Noiron-sous-Gevrey. Manquant d'eau courante pour leur abbaye, les premiers moines de Cîteaux décident de prolonger le cours de la Sansfond jusqu'à eux. Outre le creusement d'un canal, ils construisent un pont-canal, achevé en 1220 et appelé Pont des Arvaux, afin de passer au-dessus du cours de la Varaude. La Sansfond se jette dorénavant dans la Vouge.

.............................................................

 

Le pont-aqueduc des Arvaux - Vue côté aval à La Varaude.

 

La_Sansfond_ou_Cent-Fonts.jpg

La Sansfond canalisée au-dessus du pont-aqueduc des Arvaux sur la commune de Noiron-sous-Gevrey.

.............................................................

 Article et photos venant du site Wikipédia
Wikipédia.png

Longvic : Jacky, passionné par le bois

Le Bien Public - 16 mars 2014

Jacky Lebeau a toujours été attiré par le travail du bois. Il y a quinze ans, il a intégré l’atelier menuiserie de l’association Longvic Multiloisirs.

 

Jacky Lebeau.jpg

L’association Longvic Multiloisirs propose plusieurs activités sportives ou culturelles. Elle anime aussi un atelier menuiserie regroupant de nombreux amateurs parmi lesquels Jacky Lebeau.

Longvicien depuis dix-sept ans, technico-commercial dans le médical, amateur de moto, Jacky Lebeau est aussi un bricoleur. Il a « bricolé le bois », comme il dit, depuis tout petit avec son grand père qui était menuisier. « J’ai hérité de ses outils. Quand j’étais gamin, je bricolais des petits meubles en bois. »

Depuis quinze ans, il peut assouvir sa passion pour le bois grâce à la menuiserie de Longvic Multiloisirs. « On m’avait dit qu’il y avait une menuiserie pour les amateurs dans la commune, et je les ai rencontrés lors d’un marché de Noël », indique-t-il. De fil en aiguille, Jacky Lebeau a intégré le groupe des menuisiers, limité à vingt personnes pour des raisons de sécurité. Il souligne l’accueil qui lui a été réservé à son arrivée par René Pourchet, le responsable de la menuiserie qui l’a aidé au départ.

Du matériel professionnel

« Ce que j’apprécie à la menuiserie, c’est que l’on y trouve des personnes de tous âges, de milieux sociaux différents, on peut confronter nos points de vue. Cela permet d’entrer en relation avec des personnes que je n’aurais jamais côtoyées autrement. Ici l’ambiance est bonne, on s’entraide, chacun a des techniques différentes. Il y a aussi le lien avec les anciens. On trouve du matériel professionnel, très bien entretenu, nous en prenons soin. Personnellement, je viens de la maintenance, je suis attentif à la bonne marche des machines. Mais on rencontre aussi des personnes qui n’ont pas de notions de mécanique. »

Jacky Lebeau passe du temps dans les locaux de la menuiserie rue Jules-Guesde et connaît bien toutes les machines. Il apprécie « ne pas toujours faire la même chose et créer ». « J’ai fait beaucoup de meubles, notamment pour ma cuisine, un escalier, un abri de jardin, des cadres… », raconte-t-il. Actuellement, il réfléchit à la réalisation d’un coffre-fort en bois. Et quand on lui demande quel est l’intérêt, il répond : « C’est pour l’aspect décoratif et aussi pour la réflexion que cela impose ». Pour lui, le bois a une âme, c’est un matériau noble. « J’aime bien le toucher. Je n’irai jamais acheter un meuble dans le commerce ». Et pour le matériau brut, Il se fournit dans des scieries dans le Châtillonnais ou dans le Jura.

Financement

Dans la mesure du possible, Jacky Lebeau participe également aux activités proposées par l’association Longvic Multiloisirs. Les menuisiers amateurs se retrouvent plusieurs fois par an pour préparer des objets qu’ils vendent lors du marché en fête de juin et du marché de Noël en décembre afin de pouvoir financer la vie de l’association.

..................................

Le Bien Public - 01 oct. 2014

Jacky Lebeau - René Pourchet.jpg

Jacky Lebeau, nouveau responsable de la menuiserie, succède à René Pourchet

Fayl-Billot : capitale de la vannerie

Additional information